Accueil

  • PORTRAIT !
A la Une (Mission Locale)

PORTRAIT !

Mercredi 20 Mars
« On voulait du renfort aux espaces verts. Et au final, on t'a toi, on va devoir faire avec… »
 

Aurélia Lémont, 42 ans, a commencé à travailler aux services des espaces verts de Neuves Maisons il y a 23 ans sur le terrain : planter, tondre, nettoyer les trottoirs… Après 10 ans, elle devient l'adjointe de son chef, puis le remplace lorsqu'il prend sa retraite. Elle est aujourd'hui directrice adjointe du centre technique municipal tout en gardant le pôle environnement sous son giron.
Dans le cadre de mars au féminin, trois jeunes sont parties à sa rencontre pour en savoir plus sur ce parcours atypique…

Pouvez-vous nous détailler un peu plus votre métier ?
Le métier de paysagiste est vaste : c'est l'entretien des espaces verts, la tonte, le désherbage, débroussaillage, l'élagage… Il y a de l'aménagement et création d'espaces verts avec toutes les étapes du chantier. Il y a aussi des spécialités comme l'entretien de la pelouse du stade, appelée Green Keeper.
Quels sont les atouts de ce métier selon vous ?
Il faut aimer travailler dehors. Avoir une bonne condition physique. Aimer entreprendre et créer. Ne pas avoir peur de se salir… C'est un métier où l'on découvre la nature, la biodiversité, les animaux… Il y a aussi des débouchés intéressants, avec de l'évolution vers les bureaux d'études par exemple, pour faire des plans d'aménagements.
Comment vous êtes-vous retrouvée dans ce métier ?
J'ai toujours voulu faire un métier en lien avec la nature, car j'allais souvent au bois avec mon père étant petite. Au départ je souhaitais devenir garde forestier, mais je n'ai pas été retenue par l'ONF. Puis j'ai été orientée vers une école d'horticulture, et j'ai suivi une formation de travaux paysagers. Je voulais surtout être dehors.
Quand avez-vous réalisé que vous étiez dans un secteur « masculin » ?
Quand je suis arrivée au lycée, le 1er jour de la rentrée, j'ai découvert qu'on n'était que 2 filles dans la classe ! ça m'a surprise car je ne pensais pas du tout avoir choisi un métier « d'homme ». On m'a expliqué qu'il y avait de la mécanique, de la maçonnerie, de la maintenance… Et en cours d'année je me suis retrouvée seule ! C'est surtout les remarques des enseignants, qui parfois remettaient en cause mon choix d'orientation. A l'inverse les élèves étaient bienveillants et j'étais la protégée de la promo. L'ambiance était super.
En tant que femme, est-il difficile de s'intégrer ? Comment avez-vous fait ?
Effectivement c'est difficile de s'intégrer dans un secteur masculin lorsqu'on est une femme. Il faut persévérer ! Les hommes sont parfois plus exigeants envers moi : je devais sans cesse démontrer que j'étais capable, que je n'avais pas besoin d'aide, montrer qu'on ne lâche rien et qu'on est capable de faire comme eux. Tout cela est souvent remis en question.
Il faut en faire plus que les hommes pour être respectée ?
Oui, car pour certains hommes, une femme présente sur un chantier peut être vu comme un frein, pour le port de charge par exemple… On doit donc montrer qu'on s'adapte et qu'on a d'autres façons de porter les charges, qu'on sera autant efficaces avec notre technique sans se faire mal au dos… Il ne faut donc jamais baisser les bras !
Il faut donc être fort mentalement ?
Certains jours, c'est difficile. On entend des choses comme « on voulait du renfort aux espaces verts, et on t'a toi, on va devoir faire avec… ». Après, tous les collègues ne sont pas comme ça, beaucoup sont sympas. Et j'ai la chance que mon métier me passionne. Donc on y va, même si on essaie de nous freiner, c'est pas grave !
Des anecdotes à nous partager ?
Quand j'ai passé l'oral du concours d'agent de maîtrise, afin de pouvoir encadrer du personnel, la première question de l'examinateur a été « combien d'agents sont sous votre responsabilité » ? Je lui ai dit « une vingtaine ». Et il a répondu « Et ce n'est pas dur pour une femme de devoir gérer 20 bonhommes ? ». Ça m'a plutôt énervé ! En plus c'était sa 1ère question… Et finalement je m'attendais à cette question. Sa collègue lui a reproché son comportement, et il s'est ensuite excusé. Et j'ai eu le concours avec la note de 19/20 !
Pour conclure, quels conseils donneriez-vous aux autres femmes ?
Je pense qu'il faut faire ce qui nous rend heureux. Essayer de positiver malgré les embuches que l'on va rencontrer, ou face aux taquineries que l'on peut subir. Et je pense que les jeunes hommes de cette génération sont plus bienveillants envers les femmes qui veulent se diriger vers le paysagisme. Alors il faut se lancer !

Remerciements : Ville de Neuves Maisons – Madame Aurélia LEMONT – Les jeunes de la Mission Locale (Cheyenne QUIGNON – Maëlys THIERBERGER – Garance PAQUOTTE)


 
 



 
Contact :

Michael MONTEIRO

03.83.64.57.57

Mail




 


 
Toutes les actualités